75e anniversaire d'akg-images

75e anniversaire d'akg-images

1945-2020 : Découvrez l'histoire de l'agence photo

Tout a commencé en 1945 après la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Le journaliste et collectionneur d'art Wilfried Göpel (1908 - 1990) qui avait constamment besoin d'une iconographie riche et variée pour illustrer ses articles sur l'histoire de l'art et des grands artistes, et qui avait beaucoup de mal à trouver cette iconographie, eut l'idée de monter une agence photo... et c'est ainsi qu'il fonda les archives pour l'art et l'histoire (en allemand Archiv für Kunst und Geschichte), à l'époque "AKG" et aujourd'hui akg-images, dans sa ville natale de Leipzig en novembre 1945.

Cette ville historique du livre était - sur le papier - l'endroit idéal pour installer une archive photographique spécialisée dans l'art et l'histoire, mais après le départ des américains et l'occupation de Leipzig par les troupes soviétiques, Wilfried Göpel décida de retourner à Berlin-Zehlendorf, où il avait vécu et travaillé avant la guerre.

Première carte de visite d
Première carte de visite d'AKG lorsque les bureaux étaient situés à Leipzig

Les « Archives pour l'art et l'histoire » ont été profondément façonnées par la manière dont leur fondateur Wilfried Göpel travaillait déjà en tant que journaliste : de nombreuses correspondances avec des artistes pour s'assurer de l'exactitude de telle information sur telle ou telle oeuvre. Et, déjà, à l'époque, les clients les plus importants d'AKG comprenaient de grands éditeurs allemands tels que Brockhaus et Bertelsmann qui avaient besoin de nombreuses illustrations pour leurs encyclopédies. Depuis les origines, cette dimension encyclopédique du fonds photographique d'AKG fait partie de l'ADN de la maison.

En avance sur son époque, Wilfried Göpel comprit très tôt l'importance primordiale pour AKG d'utiliser un système structuré de référencement et d'indexation des images pour accompagner le développement des archives. Au fil des ans, un thesaurus hiérarchisé et riche de plusieurs millions de termes fut continuellement élargi et perfectionné. Aujourd'hui encore, il sert de base à la catégorisation et la documentation des images de l'agence. Un système de numérotation alphanumérique très élaboré permettait de sortir rapidement tout un dossier thématique classé dans un ordre chronologique (par exemple, toutes les "Vierge à l'enfant" peintes dans l'histoire de l'art de la plus ancienne à la plus récente) : il fallait pouvoir s'y retrouver parmi les dizaines de milliers de clichés de l'agence.

akg-images reste fondamentalement une agence d
akg-images reste fondamentalement une agence d'archives "physiques" avec des millions de documents originaux et anciens dont certains restent classés leurs enveloppes d'origine, attestant de leur ancienneté... parfois plus d'un demi-siècle.

La passion de Wilfried Göpel pour la collection d'oeuvres d'art, de vieux papiers, de photos anciennes s'est manifestée très tôt et était proverbiale. Pendant des années, il a écumé les marchés aux puces et les librairies anciennes. En dehors de la photographie, sa collection se concentre sur les gravures anciennes, premier média visuel de masse. En outre, il a également collectionné des peintures, dont un autoportrait d'Anton Raphael Mengs, un portrait de Charles Quint avec sceptre et un pastel de Louise de Mecklembourg-Strelitz, reine de Prusse.

Il aimait particulièrement collectionner les oeuvres de l'artiste Theodor Hosemann, un peintre de genre prussien, dont il prêta un nombre considérable d'oeuvres à la Bibliothèque d'Etat de Berlin en 1983 à l'occasion de l'exposition rétrospective qui fut consacrée à cet artiste. A cette occasion, Wilfried Göpel déclara que l'idée de collectionner lui était venue dans les années trente pour « conserver et préserver de telles oeuvres pour l'avenir et les générations futures ».

Là encore, on comprend mieux ce que l'ADN d'AKG doit à son fondateur. Cette idée d'être une sorte de lieu de conservation de la mémoire photographique et artistique reste au coeur de la démarche de l'entreprise et ce fut un des grands leitmotivs de Kathrin Göpel qui dirigea l'entreprise à partir de 1996... mais n'anticipons pas !

Justus et Kersten Göpel dans les locaux d
Justus et Kersten Göpel dans les locaux d'AKG situés alors Prinz-Leopold-Strasse à Berlin

A partir du milieu des années 1970, AKG a investi la Foire du Livre de Francfort et, depuis, y installe chaque année son propre stand, signe de son profond attachement au livre et au secteur de l'édition, qui reste un de ses principaux marchés. Pendant plus d'une décennie, Marielise Göpel, l'épouse de Wilfried Göpel, a imprimé sa marque à ses côtés en enrichissant le fonds photographique de l'agence dans les domaines de l'art, de la religion, de la musique et de l'histoire culturelle. C'est aussi à cette époque qu'AKG s'équipa d'un labo photo argentique couleur et noir et blanc, totalement intégré au flux de l'agence, qui permettait de fournir duplis (35 mm ou ektachromes) et tirages N&B aux clients dans les meilleurs délais.

Justus Göpel avec Marielise Göpel sur le stand d
Justus Göpel avec Marielise Göpel sur le stand d'AKG au Salon du livre de Francfort, vers 1978

En 1980, AKG déménagea de l'appartement privé de la famille Göpel, qui devenait trop petit pour accueillir les centaines de milliers d'ektas, de négatifs et de tirages, pour s'installer à Berlin - Nikolassee, au numéro 22 de la célèbre Teutonenstraße, où l'agence se trouve encore aujourd'hui. Au départ, seules quelques pièces de la grande villa de 1910 étaient occupées, mais progressivement toutes les pièces, de la cave au grenier, furent utilisées. Cette de cette époque que date la forme juridique actuelle d'AKG, une société à responsabilité limitée « Archiv für Kunst und Geschichte GmbH », dont Marielise et son fils Justus Göpel étaient les deux directeurs.

Marielise Göpel (née en 1922) et Justus Göpel, co-directeurs généraux d
Marielise Göpel (née en 1922) et Justus Göpel, co-directeurs généraux d'AKG de 1980 à 1985, au numéro 22 de la Teutonenstraße, à Berlin

A partir du 1er janvier 1985, Justus Göpel, passionné d'histoire et grand collectionneur comme son père Wilfried, prit seul la direction de l'entreprise. Dès 1986, il informatisa l'agence en développant sous UNIX un système de gestion de base de données complet, de la documentation des photos au reversement aux photographes en passant par la facturation, système très novateur à l'époque.

Portrait de Justus Göpel en 1990
Portrait de Justus Göpel en 1990
Les locaux d
Les locaux d'akg-images à Berlin aujourd'hui

Conscient de l'importance capitale de la documentation des images, particulièrement en ces prémices de dématérialisation des contenus, Justus Göpel créa un département documentaire - depuis 1985 sous la direction de Karl-Friedrich Hahn - au sein duquel travaille une équipe de documentalistes chevronnés, tous historiens ou historiens de l'art, dont la mission fut dès l'origine de documenter les images sur une base scientifique et de maintenir une rigueur dans la création et la hiérarchisation des descripteurs (mots-clés). Le laboratoire photo interne fut également été agrandi, et a fini par employer plus de six laborantins sous la direction de Dieter Hoppe (chez AKG depuis 1988 et photographe émérite par ailleurs).

Un aperçu de ce qu
Un aperçu de ce qu'était une archive photographique en 1992 : armoires photos, tirages photographiques en passe d'être classés et objets d'art chez AKG à Berlin
Le labo photo d
Le labo photo d'AKG installé un temps sur la Winsstrasse de Berlin

Cette culture archivistique reste un des éléments moteurs de l'agence encore aujourd'hui : nous hébergeons une bibliothèque historique exceptionnelle qui fut alimentée par de nombreux dons de la part de Wilfried et Justus Göpel et des acquisitions au fil des décennies. Par exemple, AKG dispose d'une collection d'albums photos privés (en temps de paix comme en temps de guerre) unique en Europe et, peut-être, au monde. C'est aussi un des vecteurs d'AKG : une passion pour le document ancien, pour la préservation et la transmission de la mémoire.

Albums photos de soldats allemands pendant la Première Guerre Mondial faisant partie des collections d
Albums photos de soldats allemands pendant la Première Guerre Mondial faisant partie des collections d'akg-images. Un ensemble historique exceptionnel.

C'est aussi Justus Göpel qui a lancé l'édition annuelle du célèbre agenda photographique d'AKG illustré chaque année par 55 photos en noir et blanc provenant des fonds d'akg-images. Pendant de nombreuses années, son épouse Kathrin Göpel en a assuré la sélection iconographique avec talent, goût et un sens aigu de la narration en photographies. Au décès de celle-ci, c'est notre collègue Kai Holland qui a repris le flambeau en assurant sa continuité visuelle tout en lui imprimant son propre style.

Le premier agenda photographique d
Le premier agenda photographique d'AKG en 1994 et celui publié en 2016 avec une formidable photo de Jacques Boissay, véritable condensé de vie.

Les années 1990 marquèrent également chez AKG une inflexion majeure dans la politique éditoriale de l'agence puisque deux grands photographes signèrent des accords de diffusion avec nous : d'une part, le légendaire Erich Lessing (1923-2018), par ailleurs, membre de Magnum, et, d'autre part, le photographe tchèque Werner Forman (1921-2010) qui confia à AKG la diffusion de ses richissimes collections sur les grandes civilisations et religions du monde.

Un des monstres sacrés de la photographie : Erich Lessing devant sa galerie à Vienne. Photo © Philipp Rank / philipprank. com
Un des monstres sacrés de la photographie : Erich Lessing devant sa galerie à Vienne. Photo © Philipp Rank / philipprank. com

Justus Göpel était un visionnaire en ce qui concerne le développement du marché européen de l'image. Le 8 mai 1993, il fonda le CEPIC à Berlin, dont il fut le premier président. Pendant de nombreuses années, le CEPIC fut hébergé dans les locaux d'AKG Berlin et c'est là que Sylvie Fodor, l'énergique directrice exécutive actuelle du CEPIC, fit ses premières armes. Justus Göpel voyait en l'Europe un ensemble économique et culturel homogène, y compris pour la photographie, et c'est pour ça qu'il décida d'ouvrir d'autres bureaux AKG, en 1994 à Londres avec Julia Engelhardt et en 1995 à Paris avec Bernard Garrett, un amoureux de la photographie ancienne. Sous l'impulsion de Justus Göpel, AKG acquit sa dimension européenne et internationale qu'elle conserve encore aujourd'hui.

Ce fut pendant cette époque charnière de l'histoire de la photo avec le passage de l'argentique au numérique naissant, que Justus Göpel se lança dans plusieurs acquisitions de fonds photographiques argentiques, un pari très risqué à l'époque parce que la numérisation n'en était qu'à ses balbutiements et que le traitement de centaines de milliers de photos représentait un énorme challenge. Fin 1994, Justus Göpel avait racheté les archives photographiques de l'agence allemande « Historia-Photo » et ses 80000 photos originales, archive fondée en 1908 par le célèbre historien des sciences & techniques Franz Maria Feldhaus (1874 - 1957).

Vue intérieure de l
Vue intérieure de l'agence Historia-Photo Gmbh dont le fonds d'archive fut acheté par AKG en 1994

En 1995, il acquiert les « Archives Almasy », c'est-à-dire l'ensemble des archives photographiques en noir et blanc du photojournaliste français d'origine hongroise Paul Almasy (1906 - 2003) avec tous les droits d'exploitation. Cet ensemble exceptionnel, comme Paul Almasy le disait lui-même, couvrait « l'histoire politique, économique, sociale et culturelle du monde entier » de 1935 à 1985.

Justus Göpel et Paul Almasy chez lui à Auteuil-Le-Roi en 1995
Justus Göpel et Paul Almasy chez lui à Auteuil-Le-Roi en 1995

Justus Göpel a compris dès le début l'importance de la numérisation et a résolument engagé AKG dans l'ère numérique en développant sa propre base de données interne sous UNIX. Mais son décès brutal en février 1996 a laissé un grand vide et nombre de ses idées et projets n'ont malheureusement pas pu aboutir. Son épouse Kathrin Göpel (1952 - 2014) a repris le flambeau de l'agence en s'appuyant sur le responsable des archives Jürgen Raible et de nombreux collaborateurs expérimentés qui l'ont soutenue dans cette période très difficile. En quelques années, AKG a achevé sa mue numérique, notamment en s'équipant d'un système de transmission d'images numériques via RNIS (ou ISDN) dès 1997.

Kathrin Göpel en 2010 lors d
Kathrin Göpel en 2010 lors d'une garden party organisée par AKG Berlin

Kathrin Göpel a accordé une attention particulière à la photographie et finalisa les acquisitions les plus importantes de ces dernières années : en 2000, l'achat du fonds photographique de Daniel Frasnay (1928 - 2019), en 2006 celui du photographe suisse André Held (1918 - 1993), en 2007 celui d'Erhard Pansegrau (1943 - 2006) et aussi en 2007 celui de Henning Langenheim (1950 - 2004).

C'est aussi sous la houlette de Kathrin Göpel qu'AKG a ouvert ses portes à de très nombreux photographes pour diffuser leurs archives photographiques, tel Tony Vaccaro (né en 1922), avec qui Kathrin Göpel entretenait une étroite amitié, ou Denise Bellon, Hervé Champollion, Peter Cornelius, Gérard Degeorge, Fritz Eschen, Mark de Fraeye, Suzanne Held, Udo Hesse, John Hios, Ingi, Andrea Jemolo, Marion Kalter, Anthony F. Kersting, Karl -Ludwig Lange, Walter Limot, Horst Maack, Hans W.Mende, Roland & Sabrina Michaud, Giorgio Nimatallah, Angelika Platen, Vincenzo Pirozzi, Florian Profitlich, Purkiss Archive, Serge Domingie, Nelly Rau-Häring, Joachim Richau, Frank Silberbach, Yvan Travert pour n'en nommer que quelques-uns.

Story image

75 ans après sa création, dans un contexte technologique et économique très difficile, le succès et la continuité d'akg-images ne peuvent pas se comprendre sans les apports des équipes de Londres, Paris et Berlin. Car akg-images est d'abord et avant tout une aventure humaine qui rassemble autour d'une passion, celle de l'image, des salariés qui ont largement contribué à sa réputation internationale. Aujourd'hui, akg-images reste une entreprise familiale indépendante qui en est à sa troisième génération. Après le décès de Kathrin Göpel, qui a succombé à un cancer en décembre 2014, son fils aîné Friedrich Göpel (né en 1984) est devenu le nouveau directeur général de la société. Sa culture informatique et son attachement à l'indépendance de l'entreprise permettront à akg-images d'affronter sereinement les défis du futur.

 

Retour sur la homepage d'akg-images

 

 

Anniversaire / Commémoration Photographie
A propos de akg-images Paris

akg-images est l'agence photographique européenne de la Culture. Avec près de 8 millions d'images en ligne, elle diffuse plus de 500 photographes et collections autour des thèmes suivants : Histoire, Beaux-Arts, Grandes Civilisations, Arts et Lettres, Religions, Sciences et Techniques, Cinéma et Reportages et Voyages.

Fondée en 1945 et toujours indépendante, akg-images représente et collabore avec de nombreuses collections et sources du monde entier : musées, fondations, institutions culturelles, artistes ou collectionneurs privés.

Nos images permettent d'illustrer et de contextualiser une oeuvre, un mouvement artistique, un thème, une période ou un événement historique.

N'hésitez pas à nous contacter pour nous confier vos projets ou pour tout autre renseignement.

akg-images Paris
67, rue Notre-Dame des Champs
F - 75006 Paris